J'ai débuté mon activité artistique par la sculpture car je suis naturellement très sensible au contact avec la matière qui génère des volumes, des formes, des courbes.

J'ai commencé par le modelage de la terre. Mes premières sculptures en terre ont été des personnages très figuratifs, essentiellement féminins. Cela  m'a permis d'appréhender les notions d'anatomie essentielles nécessaires à la compréhension et à la représentation de la figure humaine.

Sculpture en terre figurative patinée vue de face représentant une femme allongée sur le côté en appuis sur son avant bras et dont l’autre main est dans les cheveux  – Sandrine Vallée

Puis, mon travail de sculpture de la terre a évolué vers une progressive abstraction dans le traitement des silhouettes. J'ai simplifié les formes en mettant l'accent sur les mouvements, les courbes. J'ai souhaité suggérer un dynamisme dont la sculpture en terre serait un instantané à un moment donné.

Sculpture en terre patinée représentant une femme debout avec une robe dont les plis forment un mouvement tournant – Sandrine Vallée
Sculpture en terre patinée vue de dos représentant une femme debout dont les cheveux forment une torsade – Sandrine Vallée

Enfin, je me suis consacrée essentiellement à la représentation de visages avec une forme de surréalisme qui vient souligner la psychologie du personnage. A travers la figuration des traits, j'ai tenté de traduire les pensées, l'âme du sujet.

Sculpture en terre surréaliste vue de face représentant une tête patinée noire de femme chauve aux yeux clos portant un col haut et large patiné ocre – Sandrine Vallée
Sculpture en terre surréaliste représentant une tête de femme dont la chevelure est constituée de masses qui ont un mouvement de rotation – Sandrine Vallée

Je reste toujours très attachée au modelage de la terre. C'est un matériau souple dont j'apprécie de contact. Il constitue un support idéal  à la réflexion sur le sujet et à la recherche de la forme. Je préfère la terre de couleur rouge car la lumière y joue mieux avec les volumes.

De la pratique du modelage de la terre,  j'ai très naturellement évolué vers la taille de la pierre. L'approche change car on passe d'un travail de sculpture par ajout de matière à un travail de sculpture par retrait de matière, l'erreur étant difficilement récupérable. Le contact avec le matériau est également différent car il passe par l'intermédiaire des outils de taille. J'ai commencé par tailler des pierre calcaires.

Sculpture en pierre calcaire en cours de réalisation représentant une femme debout avec une robe dont les plis forment un mouvement tournant – Sandrine Vallée

Le hasard d'une rencontre m'a alors amenée à aller travailler à Carrare, en Italie. C'est une petite ville industrielle située en bordure de Méditerranée. Son activité est entièrement dédiée à l'exploitation du marbre, avec ses très nombreuses carrières, ses négociants et ses ateliers de sculpture.
Les gisements de marbre y sont exploités depuis l'Antiquité. Ils constituent des montagnes entières et les carrières sont aussi nombreuses à ciel ouvert qu'en sous-sol. On y extrait un marbre allant du gris veiné qui est principalement utilisé par le secteur du bâtiment, au blanc très pur réservé surtout à la sculpture.

Vue d’une carrière d’exploitation à ciel ouvert des gisements de marbre à Carrare en Italie – Sandrine Vallée
Vue d’une partie des carrières d’exploitation à ciel ouvert des gisements de marbre à Carrare en Italie – Sandrine Vallée

Les négociants commercialisent bien sûr le marbre issu de l'exploitation locale mais ils importent et exportent également des marbres en provenance du monde entier.
Il existe de nombreux ateliers de sculpture à Carrare et dans ses environs. Ils travaillent essentiellement à la commande pour répondre à des demandes particulières, réaliser des copies de sculptures souvent célèbres ou encore exécuter des sujets d'après des maquettes. Ces ateliers accueillent également des sculpteurs de toute nationalité qui viennent sur place exécuter leurs propres projets. C'est ainsi que j'ai commencé à travailler à Carrare.


Sculpture en marbre statuaire en cours de réalisation posée sur un socle de travail représentant un col haut et large – Sandrine Vallée
Sculpture en marbre statuaire en cours de réalisation vue de profil représentant un col haut et large – Sandrine Vallée

On m'a alors proposé de participer à la réalisation en collaboration d'une sculpture monumentale en marbre qui se trouve à Carrare. Les grandes lignes du projet étaient déjà en place et les formes dégrossies pour la plupart.

Sculpture monumentale en marbre de Carrare face avant représentant plusieurs personnages dont les corps sont ébauchés – Sandrine Vallée
Sculpture monumentale en marbre de Carrare face arrière représentant plusieurs personnages dont les corps sont ébauché – Sandrine Vallée

 Dès lors, mon rôle a consisté à travailler sur les éléments existant en prenant en compte leur philosophie pour leur donner corps définitivement à travers des modèles en terre à l'échelle. Ceux-ci sont ensuite utilisés pour être transposés en taille directe dans le marbre de cette sculpture.

Sculpture en terre surréaliste représentant une tête d’homme recouverte de libellules mise en place devant la face arrière d’une sculpture monumentale en marbre de Carrare – Sandrine Vallée

J'ai essentiellement travaillé sur des visages. En accord avec la philosophie générale du projet, les têtes que j'ai développées ont évolué vers un surréalisme croissant. J'ai creusé puis découpé les visages jusqu'à ne laisser parfois que des vestiges de masque. Le vide ainsi crée devient finalement plus important et expressif que les parties pleines.

Sculpture en terre surréaliste vue de face représentant une tête de Christ dont le visage, recouvert de bandelettes est découpé et creux – Sandrine Vallée
Sculpture en terre surréaliste représentant vu de profil le visage d’une femme figuré par un masque partiel dont il manque un œil et la bouche – Sandrine Vallée

Mes dernières réflexions m'ont incitée à associer la sculpture à d'autres modes d'expression artistique. Ce peut être au sens propre,comme dans le développement des tableaux-sculpture, ou en initiant un dialogue entre sculpture et peinture, dans le cadre des peintures associées aux sculptures.

En plus du projet de sculpture monumentale qui n'est pas encore achevé, je travaille actuellement sur des sculptures en relation avec mes dessins. Les formes et les courbes s'épurent jusqu'à frôler l'abstraction.

Je vous convie à suivre l'évolution de mon travail et à en accompagner les derniers développements.

 Je vous invite également à découvrir d'autres matériaux de sculpture avec les sculptures en aluminium et les sculptures en résine de Natalie Croiset.

Du 23 juin au 2 septembre 2012, je présenterai quelques sculptures en relation avec mes dessins au château de Chastellux.